La Syrie N’EST PAS le Pays du Mal…

سوريا-copiaAvec de plus en plus d’insistance, un slogan circule qui a chez quelqu’un un grand succès : la Syrie est le Pays du Mal.

Sans avoir une connaissance profonde des richesses et des complexités syriennes, on construit un récit, à caractère carcéral, visant à justifier une idéologie qui veut présenter la transition syrienne actuelle en termes de régression vers le « Mal ».

Le but est d’utiliser le jihadisme et les menaces (vraies, présumées ou fabriquées) contre les communautés chrétiennes comme outil apte à inventer un Âge de l’Or : l’ère de la domination de la famille présidentielle des Assad (1970-2011), « protectrice des minorités », « garante de la stabilité intérieure et régionale » et d’une prétendue « laïcité » de l’État, à laquelle s’opposerait l’actuel Gouffre, islamique naturellement !

Tous ceux qui, n’étant pas d’accord avec ce slogan, ont envie d’expliquer leurs convictions, peuvent le faire en écrivant sur ce mur, en quelques lignes, une brève pensée. Nous joignons ici les premières adhésions à la campagne « La Syrie N’EST PAS le Pays du Mal, parce que… ».

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que malgré deux ans et demi de bombes, arrestations et tortures, un mouvement non-violent ne cesse d’exister.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que mon père a été torturé et n’a jamais pensé que tout son peuple était comme ses bourreaux.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que Khalil Maatouq, avocat pour les droits humains, continuera à lutter pour une Syrie meilleure. Dès qu’il sera libéré des prisons des Assad. Et il reviendra s’asseoir au café Avana de Damas avec ses amis.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce qu’une famille de Syriens m’a logé pendant des mois sans prendre un sou, pour que je raconte leur quotidien à l’Occident de Domenico Quirico.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que tout ce qui s’est passé n’a pas autant brûlé mon cœur et je n’ai pas autant pleuré que lorsque j’ai lu que « la Syrie est le Pays du Mal ».

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que, fin juin 2013, un officier de l’Armée libre syrienne a risqué sa vie pour s’approcher de Domenico Quirico et Pierre Piccinin, à l’époque détenus dans les campagnes à l’est de Qousseir. Ce Syrien a essayé pendant des semaines de négocier la libération des deux Européens, grâce à ses contacts dans les brigades impliquées dans l’enlèvement. Sa lettre du 24 juin 2013, dont nous conservons une copie (des détails seront donnés sur requête dans les cadres appropriés), se clôt ainsi : « Je n’ai pas peur qu’on me fasse du mal : je fais partie de l’Armée libre et j’ai des camarades armés, mais je suis inquiet pour les deux journalistes. J’espère qu’ils sont encore en vie. J’essaierai bientôt d’obtenir des renseignements plus précis et récents sur eux. Je promets de faire de mon mieux et je leur souhaite de retrouver bientôt leurs proches ».

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce qu’il est absurde de penser qu’un « Pays du Mal » puisse exister, quels que soient ses cultes, ses valeurs, ses postures sociales.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que Tareq et ses collègues enseignants dans la Ghouta orientale ne cessent – sans livres et sans électricité – de donner des cours dans les appartements privés, parce que les écoles sont la cible des attaques du régime.

La Syrie n’est pas le Pays du Mal, parce que Hala, une amie qui m’est très chère, pendant la guerre n’a jamais quitté sa ville, Alep. Elle s’est activée avec d’autres personnes pour porter de l’aide aux quartiers frappés et quand je regarde leurs photos je ne saurais dire qui est chrétien et qui est musulman. Hala a toujours pensé avec son propre cerveau et au cours de ses années, quand je l’appelle, elle me dit souvent qu’elle est heureuse.

Advertisements
This entry was posted in Del Mondo, Primavere arabe and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to La Syrie N’EST PAS le Pays du Mal…

  1. Ism says:

    La Syrie n’EST PAS le pays du mal parce qu’elle a dévoilé le mensonge des autres et par là la vérité. Parce que depuis deux ans et demi elle paye par le sang le prix de la dignité et de la liberté, deux valeurs universelles.
    La Syrie n’est pas le pays du mal car les jeunes pacifistes continuent à s’engager et à penser, dans le territoire libéré, comment construire la Syrie de demain, ouverte à tous ceux qui veulent la construire avec eux et ils continueront de risquer leur vie à chaque instant, car ils croient en ce qu’ils font au delà de tous les clivages créés par les croyances défensives mises en place par l’homme pour exclure l’Autre

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s